Le monde merveilleux de Papa Alaev

Bande Annonce

.

Distribution internationale
GO2Films
Coproduction / préventes

ARTE France
Channel 8
Ikon
HOT

Avec le soutien de

COPRO
Hotdocs
Sheffield doc/fest
Ministère israélien de la culture et des sports
The Tribeca film Fund

Diffusion

Le 28 Décembre 2016 sur Arte

un film de Tal Barda et Noam Pinchas
Produit Tal Barda, Bruni Burres, Christine Camdessus, Serge Gordey et Noam Pinchas
Le merveilleux royaume de Papa Alaev raconte l’histoire de la talentueuse et mélodramatique famille Alaev. Sept petits-enfants, deux fils, une fille et un seul Papa Alaev (79 ans) – musicien doué, ancien lutteur, alcoolique à ses heures, et le chef incontestable de la tribu.
Cette famille juive a quitté le Tadjikistan pour émigrer en Israël après la chute de l’Union Soviétique en 1991. Forcée de laisser derrière elle la gloire et la fortune et de tout recommencer, la troupe de musiciens et de danseurs a finalement réussi à se bâtir une réputation de taille en Israël grâce à la détermination féroce de Papa.
Papa Alaev décide de tout pour sa famille. Vraiment de tout. Du prénom que portent chacun de ses petits-enfants (commençant tous par un A), à l’instrument de musique que chaque membre de la famille joue, au logement où ils habitent, trois générations entassées dans une maison unifamiliale de la périphérie de Tel Aviv.
Mais cette année, Papa soufflera ses 80 bougies. Il faiblit, aussi bien physiquement que mentalement. Une question cruciale pèse donc sur toute la famille: qui prendra la relève de Papa Alaev?
Cette tragi-comédie Shakespearienne classique pose des questions universelles que nous explorerons dans le film. Elle révèle les difficultés et les dilemmes auxquels les familles d’immigrés sont confrontées dans leur terre d’accueil. Mais, plus simplement encore, l’histoire de la famille Alaev nous rappelle que, peu importe notre âge, où nous vivons et notre niveau de réussite, nous sommes constamment à la recherche de l’approbation de nos parents et ce, jusqu’à notre dernier souffle. Et peut-être même encore après.

image : Uri Ackerman
Montage : Yaël Bitton

©ALEGRIA -The wonderful kingdom Films – Arte France 2016